chat > Autres maladies chat

L’allomarquage du chat


Pour communiquer avec ses congénères, le chat utilise beaucoup des substances que l’on appelle des phéromones. Il en produit une quarantaine différentes, dont certaines sont des phéromones sociales ou « grégaires » : ce sont celles qui servent à entretenir de bonnes relations avec son entourage !

Les chats ont l’habitude de « marquer » leur environnement avec des substances qu’ils sécrètent à différents endroits du corps : autour de la bouche, des joues, sous les coussinets plantaires, etc. Humains et animaux ont aussi droit à être marqués avec des phéromones particulières : c’est le phénomène d’allomarquage.

Un marquage à sens unique

L’allomarquage se produit régulièrement lorsqu’un chat entre en contact avec des êtres qui lui sont familiers, humains ou animaux. Quand un chat rencontre un individu avec qui il essaie de créer une relation sociale, il dépose des phéromones sur sa peau ou son pelage.

Ce n’est généralement pas un comportement réciproque : un individu marque, l’autre reçoit. L’allomarquage est fortement pratiqué entre la mère et les chatons.

L’allomarquage rassure les chats

L’allomarquage permet aux chats de confirmer l’appartenance à un même groupe social. Les phéromones émises par les individus du groupe maintiennent la cohésion et limitent les conflits. L’allomarquage prévient les réactions de peur face à un nouvel individu et rassure les chats.

Utilisation thérapeutique

Les phéromones sociales peuvent être synthétisées et certains extraits sont commercialisés. Utilisées à bon escient, les phéromones permettent l'installation d'un climat de confiance entre deux individus. Le recours aux phéromones sociales est conseillé lorsqu’un nouveau chat arrive à la maison, ou s’il est mis en pension. Cela facilite l’intégration du nouveau venu.

Les phéromones favorisent aussi la cohabitation harmonieuse entre un chats et des animaux appartenant à des espèces différentes. Appliquées par exemple sur un chien ou un humain, les phéromones encouragent le chat à l’accepter dans son « cercle relationnel ».

L’emploi de phéromones de synthèse est particulièrement indiqué lorsqu’un chat se comporte de manière agressive envers les animaux ou les personnes avec qui il vit. Les phéromones peuvent aider à traiter les troubles de la cohabitation ou les phobies sociales.

Utilisation par le vétérinaire

Les phéromones d’allomarquage peuvent aider le chat à supporter plus patiemment les manipulations lors d’une consultation vétérinaire. C’est pourquoi certains vétérinaires pulvérisent des phéromones sur leurs mains ou sur leurs gants avant de manipuler un chat peu coopératif ou simplement anxieux !

Plus le chat vit calmement des expériences nouvelles, plus les chances qu’il se laisse faire encore plus facilement la fois suivante sont importantes.

N’hésitez pas à parler à votre vétérinaire des troubles du comportement ou des difficultés de cohabitation que vous observez chez votre chat. Il discutera avec vous des moyens à mettre en œuvre et de l’intérêt éventuel des phéromones dans votre cas particulier.