chat > Bon à savoir

Les différences essentielles entre l'Homme et le chat

Il existe des différences essentielles entre l’homme et le chat. Quelles sont-elles ?

Pour bien nourrir votre chat, gardez toujours à l'esprit que c'est un carnivore strict contrairement à l'Homme qui est omnivore. Son alimentation doit obligatoirement comporter des ingrédients d'origine animale. La viande et les matières grasses animales contiennent des éléments essentiels que l'organisme du chat est incapable de synthétiser mais dont il a absolument besoin. Entre lui et nous, rien de commun, ni pour l'équilibre alimentaire, ni pour les besoins nutritionnels. Et les différences ne s'arrêtent pas là …

Pour votre chat, les odeurs sont de véritables repères. Son odorat, 60 fois plus développé que celui de l'Homme, fait partie des sens qu'il sollicite le plus. Le choix alimentaire se fait en fonction de l'odeur de l'aliment et non pas en fonction de la couleur de ce dernier. Sa perception des couleurs est différente de celle de l'homme.  En revanche, avec seulement 500 bourgeons gustatifs pour le Chat, contre 9000 pour l'Homme, son goût est nettement moins affiné. Nos compagnons distinguent notamment très peu le gout sucré.

L’ensemble de leur système digestif est également différent.

L'estomac a un poids bien plus important chez le chat. Il représente plus de 58 à 60 %  du poids de l'ensemble des organes digestifs, contre 10 % seulement chez l'Homme. Son intestin est très court  avec une capacité plus réduite que celle de l'Homme. Par conséquent, le temps de transit, et, donc de digestion, est beaucoup plus rapide. Une spécificité qui nécessite une alimentation hautement digestible, permettant d'assimiler rapidement un maximum de nutriments essentiels. De surcroît, l’intestin grêle des carnivores ne permet pas de digérer les glucides aussi bien qu’un omnivore. Leur alimentation doit contenir un dosage précis de glucides de haute digestibilité.

La durée du transit est également différente. Elle varie chez le chat de 18 à 24 heures en sachant que la taille des particules, la viscosité, le volume de la ration, la présence de liquide et les variations individuelles ont une influence sur cette dernière.

Ces différences physiologiques majeures expliquent que l'on ne nourrit pas un chat comme l'on se nourrit soi-même.