chat > Chez le vétérinaire

Doit-on continuer à vacciner son chat ?

La vaccination a toujours un double objectif : protéger un individu contre des maladies et limiter la propagation des agents responsables de ces maladies. Plus le nombre d’individus vaccinés est grand, plus la fréquence de la maladie diminue dans la population. Relâcher la pression conduit à faciliter la réémergence de la maladie !

Avant un an, les chatons sont généralement bien protégés mais la couverture vaccinale diminue ensuite avec l’âge. Les propriétaires de chats « oublient » plus souvent les rappels de vaccination que les possesseurs de chiens.

Tous les chats adultes doivent être vaccinés

Un vaccin a pour rôle « d’apprendre » au système immunitaire comment réagir s’il entre en contact avec un microbe dangereux. Si le chat est malade ou affaibli à cause d’une forte infestation parasitaire ou d’un problème nutritionnel, ses défenses immunitaires répondront moins bien à la vaccination. C’est pourquoi le vétérinaire examine toujours soigneusement le chat avant de le vacciner.

Pour éviter que les chats reçoivent plusieurs injections lors des vaccinations, les vaccins usuels sont la plupart du temps regroupés. Les fabricants proposent des préparations vaccinales qui réunissent plusieurs virus atténués ou inactivés.

Des protocoles de vaccination « allégés » ?

La primo-vaccination des chatons et les rappels à un an sont essentiels pour protéger le chat contre des maladies contagieuses qui circulent beaucoup dans la population féline.

Ensuite, comme tous les chats adultes ne sont pas soumis aux mêmes risques infectieux, le protocole de vaccination peut varier. Un chat d’appartement est a priori moins exposé qu’un chat qui sort librement.

De nombreux experts s’accordent pour conseiller de vacciner les chats tous les ans au moins contre le coryza. En revanche, les rappels de vaccination contre le typhus (ou panleucopénie) pourraient être effectués tous les 3 ans seulement à partir d’un certain âge. La vaccination contre la rage dépend du mode de vie du chat : s’il sort et qu’il fréquente des collectivités félines (ex : pensions), le vaccin est conseillé. Il est même obligatoire s’il voyage hors des frontières.

Une visite annuelle de santé au moins

Plus d’un quart des propriétaires ne font pas vacciner leur chat à cause du stress que représente la visite à la clinique vétérinaire pour leur animal. Il est donc très important de d’établir une relation de confiance avec votre vétérinaire : il pourra vous donner des conseils utiles pour limiter au maximum le stress de la visite.

Il serait dommage que le chat ne soit pas vu au moins une fois par an par un vétérinaire. Ces bilans annuels sont l’occasion de contrôler l’état de santé du chat et de discuter du protocole vaccinal adapté au mode de vie et à l’âge de votre chat. Vous pouvez aussi aborder tous les sujets qui vous préoccupent : le poids et l’alimentation du chat, la protection contre les parasites, le comportement, etc.

La sécurité d’utilisation des vaccins est étroitement contrôlée ; les vaccins doivent tous répondre à un double objectif d’efficacité et d’innocuité. Les réactions indésirables aux vaccins sont donc exceptionnelles.