chien > Comportement

La lactation nerveuse chez la chienne (ou lactation de pseudo-gestation)

La fameuse « grossesse » ou « lactation nerveuse » est facile à reconnaître : la chienne change de comportement : elle transporte ses jouets partout, elle gémit, ses mamelles se mettent à gonfler puis à sécréter du lait. Bref, elle présente tous les signes d’une gestation sauf qu’elle n’attend pas de chiots !
 

Un trouble très fréquent

Plus de 85 % des chiennes non stérilisées montreraient des signes de pseudo-gestation au moins 2 fois dans leur vie. Ce phénomène est lié à un dérèglement hormonal : l’ovule « pondu » pendant les chaleurs n’a pas été fécondé mais il ne dégénère pas. L’hormone permettant le maintien de la gestation, la progestérone, reste alors à un taux anormalement élevé dans le sang.
 

Conséquences d’une lactation nerveuse

La lactation nerveuse prend parfois des proportions inquiétantes chez les chiennes particulièrement anxieuses. Des troubles du comportement sont fréquents.

Lors de lactation normale, les tétées empêchent le lait de s’accumuler mais, en l’absence de chiots, le lait stagnant se décompose dans les mamelles et produit des substances toxiques, pouvant favoriser le développement de tumeur mammaire. Le risque est d’autant plus élevé que les lactations nerveuses sont fréquentes et que la chienne est âgée.

La montée de lait peut aussi faciliter l’infection des mamelles, car la chienne se lèche beaucoup.
 

La diète est-elle recommandée ?

On a souvent entendu qu’il faut mettre la chienne à la diète pendant 24 à 48 heures, en limitant l’abreuvement, pour obtenir le tarissement. Outre le fait que la privation d’eau est dangereuse, cette méthode est rarement efficace.  En revanche, il faut essayer de « distraire » la chienne de son obsession de maternage en confisquant ses jouets et en la sortant le plus fréquemment possible.
 

Consultez votre vétérinaire

Plusieurs types de médicaments existent pour tarir la chienne et le vétérinaire est le mieux placé pour choisir les plus adaptés. Le traitement le plus souvent prescrit consiste à administrer des inhibiteurs de l’hormone de la lactation, la prolactine.

Lors d’œdème des mamelles, des diurétiques peuvent être inclus dans le traitement pendant quelques jours.

Le traitement local des mamelles gonflées de lait ne doit pas être négligé, sinon le risque de mammite est réel. Des emplâtres ou des pommades appliquées localement permettent de soulager la congestion des mamelles.

Conclusion

Il est conseillé de stériliser une chienne qui présente régulièrement des montées de lait. C’est le seul moyen de supprimer définitivement ces épisodes de lactation nerveuse.