chien > En déplacements

Gérer le stress de son chien dans les transports

Chien Transports

 

Mal des transports

De  nombreux produits sont aujourd’hui disponibles pour prévenir le mal des transports chez le chien : médicaments antihistaminiques, antivomitifs, phéromones pour lutter contre le stress, etc. Administrés quelques heures avant le départ, ils peuvent soulager votre chien et par la même occasion vous rendre le voyage plus agréable ! Parlez en à votre vétérinaire.

Tous les chiens ne réagissant pas de la même manière aux médicaments, il est fortement conseillé de tester leur efficacité quelques jours avant de programmer un long trajet. Ce délai permet d’adapter la dose (pour éviter que le chien ne soit complètement apathique) ou de changer de traitement en cas d'échec.

Température et aération

Vous n’aimez pas avoir chaud en voiture ? Votre chien non plus. Si la voiture est climatisée, assurez-vous que l’endroit où se trouve l’animal bénéficie du même confort thermique que vous. Si ce n’est pas le cas, évitez évidemment de voyager aux heures chaudes et entrouvrez les vitres pour faire circuler l’air. Evitez par contre de laisser le chien passer sa tête à la fenêtre de la portière : le vent créé par le déplacement risque d’être très irritant pour ses yeux et ses oreilles.

Même si les conditions climatiques sont bonnes, les chiens ont tendance à se déshydrater en voyage car l’excitation favorise le halètement. Ayez toujours de l’eau et une gamelle disponibles pour lui donner à boire lorsque vous vous arrêtez. Une pause de 10 à 15 mn toutes les deux heures constitue le minimum à respecter : le bien-être de tous sera favorisé par ces moments de détente réguliers.

Attention au coup de chaleur

Est-il encore nécessaire de rappeler que la place d’un animal n’est pas dans un coffre fermé et qu’il ne faut JAMAIS laisser un chien dans une voiture à l’arrêt l’été, même à l’ombre et avec une fenêtre légèrement ouverte ? Malheureusement oui car tous les ans des chiens décèdent de coup de chaleur à l’intérieur de véhicules en stationnement.

Dans un habitacle qui devient une véritable fournaise, la température interne du chien peut facilement s’élèver au-dessus de 40,5°C : c’est la limite entre le coup de chaud (où le chien arrive encore à réguler les grandes fonctions de son organisme) et le coup de chaleur, synonyme de congestion cérébrale et de perturbations graves du système cardio-vasculaire. A ce stade, même si des soins de réanimation sont entrepris rapidement, le pronostic vital reste réservé pendant au moins 24h. Si la température du chien monte au-dessus de 43 °C, les lésions cérébrales sont telles qu’il est rare qu’il survive.