> Quézako

La curcumine

quesako-curcumine

 

La curcumine est le composant majeur d’une épice jaune bien connue, parfois appelée le « safran des Indes ».

En médecine traditionnelle, ses vertus sont décrites depuis plus de 4000 ans !  L’intérêt de la consommation de curcumine lors de douleurs articulaires est bien connu et des études récentes permettent de mieux comprendre son mode d’action.

 

Un extrait de racine de Curcuma longa

La curcumine est obtenue à partir des racines d’une plante vivace proche du gingembre, le Curcuma longa. Cette plante pousse naturellement en Inde, en Asie du Sud-Est et en Chine. En Inde, la consommation de curcumine équivaut à 1,5 g par personne et par jour.

Les racines de curcuma sont utilisées après avoir été séchées et réduites en poudre. Sa composition est riche en pigments, les « curcuminoïdes », dont le principal, la curcumine, est responsable de la coloration jaune. Les préparations de curcuma contiennent en général entre 2 et 8 % de curcumine.

La curcumine freine l’inflammation

La curcumine est d’abord connue pour son activité anti-inflammatoire : elle est donc recommandée pour calmer des douleurs liées à des inflammations aigües ou chroniques. Au niveau des articulations, il est prouvé que la curcumine peut faire diminuer la production de différents médiateurs de l’inflammation par les cellules du cartilage.

La curcumine freine la dégradation du cartilage

Les cartilages articulaires se renouvellent en permanence mais, lors d’arthrose, la dégradation est plus intense que la synthèse, d’où l’altération du cartilage et l’apparition progressive d’une douleur. Plusieurs études ont montré que la curcumine peut freiner de manière significative la dégradation des cellules du cartilage en bloquant les enzymes impliquées dans la destruction de la matrice cartilagineuse.

La curcumine lutte contre l’oxydation

La curcumine est un des antioxydants les plus puissants qui existent. Un antioxydant a pour rôle de bloquer l’action des radicaux libres, ces molécules responsables de la dégénérescence progressive des cellules. Ce mécanisme d’oxydation est naturel mais il s’intensifie anormalement lors de maladie, de stress ou d’exposition à des facteurs toxiques dans l’environnement.

La curcumine aurait également un effet antitumoral : son action freine le développement anarchique de certaines cellules. 

Quand il s’agit de lutter contre l’arthrose, la curcumine est encore plus efficace lorsqu’elle est associée à d’autres nutriments qui agissent également sur les cellules du cartilage, comme : les extraits de thé vert, le collagène hydrolysé, les acides gras polyinsaturés, etc. On parle alors de « synergie » : l’effet cumulé des différentes substances est supérieur à l’addition des effets de chaque élément agissant seul.