> Quézako

Le trou immunitaire

Le Trou immunitaire est le trou présent dans la couche d’ozone?

Ou le trou noir des astrophysiciens ?


Le « trou immunitaire » chez le chiot et le chaton est une période critique où le jeune animal est très vulnérable aux maladies infectieuses.

Le premier lait que boit un chiot ou un chaton à la naissance s’appelle le colostrum. Ce lait est particulièrement riche en immunoglobulines, des anticorps qui vont protéger le nouveau-né contre les virus et les bactéries présents dans son environnement.

L’essentiel du stock d’anticorps se constitue durant les 24 premières heures suivant la naissance. Ensuite, l’intestin du nouveau né ne laisse plus passer des molécules aussi grosses vers le sang. Le fait qu’un nouveau-né tète bien dès les premières heures de sa vie est donc primordial pour sa santé !
 
 

Evolution de l’immunité transmise par la mère

Les anticorps d’origine maternelle jouent leur rôle pendant quelques semaines, puis leur taux diminue progressivement dans la circulation, d’environ 50 % tous les 10 jours. Il arrive un moment où ce stock est insuffisant pour protéger efficacement le chiot ou le chaton.

Malheureusement, le jeune animal n’est pas encore prêt à fabriquer ses propres anticorps si on le vaccine. Les anticorps d’origine maternelle contrecarrent l’effet d’un éventuel vaccin. Cette période délicate est appelée le « trou immunitaire » ou « période critique » car le chiot ou le chaton est alors très vulnérable aux maladies infectieuses.
 

Durée de la période critique

La durée du trou immunitaire varie selon les individus : elle dépend en grande partie de la qualité de l’immunité transmise par la mère (était-elle bien vaccinée ou non ?) et de la quantité de colostrum absorbée au départ par le nouveau-né.

En moyenne, on estime qu’un chiot ou un chaton est très réceptif aux maladies à partir de l’âge de 5-6 semaines. Il ne devient en principe apte à bien répondre aux vaccins qu’à partir de 2 à 3 mois. Mais l’immunité de certains jeunes animaux reste cependant fragile après 4 mois !

Au cours de cette période critique, il faut faire très attention à ne pas faire courir de risque inutile aux chiots et aux chatons : pas de contact avec des animaux à l’extérieur, nettoyage et désinfection rigoureuses de la maternité, matériel d’entretien réservé à cet usage, etc.
 
 

Age idéal pour vacciner ?

Quand aucun risque particulier n’est identifié dans l’environnement (pas d’antécédents récents de maladies infectieuses dans l’élevage), il est conseillé de vacciner les chiots et les chatons pour la première fois vers l’âge de 8 semaines contre les maladies les plus dangereuses :

- maladie de Carré, hépatite de Rubarth et parvovirose pour les chiots

- panleucopénie (typhus) et coryza pour les chatons.

 En cas de doute, mieux vaut commencer les vaccinations dès 6 semaines.

 

Un rappel de ces vaccinations sera effectué au plus tard à la fin de la période critique, vers 3 mois, mais des rappels intermédiaires sont parfois recommandés. Le protocole exact de vaccination des chiots et chatons doit être discuté avec le vétérinaire, en fonction du mode de vie et des risques particuliers encourus par les animaux.
 
 

La période critique c’est aussi…

Des événements majeurs surviennent pendant la période critique : le sevrage intervient en général à partir de 8 semaines, précédant de peu le départ vers un nouveau foyer. Ces stress majeurs dans la vie du chiot et du chaton accentuent encore leur vulnérabilité s’ils doivent se défendre contre des agents infectieux.

Soyez vigilant si vous adoptez un chiot ou chaton : les précautions que vous prendrez pendant la période critique sont vitales pour sa santé future ! La qualité de l’alimentation joue un grand rôle dans l’immunité : une bonne alimentation peut l’aider à acquérir de bonnes défenses immunitaires rapidement.