> Quézako

Les minéraux

quesako-mineraux

Les minéraux (on dit aussi « la matière minérale), c’est ce qui reste lorsqu’on a brûlé toute la matière organique de l’aliment, soit les protéines, les lipides et les glucides. Sur l’emballage, dans la partie « analyse nutritionnelle », le terme minéraux est d’ailleurs souvent remplacé par la mention « cendres brutes »

L’ensemble des minéraux représente en général 5 à 8 % de la matière sèche d’un aliment pour chien ou chat.


De nombreux sels minéraux différents


On parle de sels minéraux parce que les différents éléments (calcium, zinc, etc.) ne sont jamais purs : ils se présentent sous forme d’association. Le sel marin est en fait du chlorure de sodium. Les minéraux peuvent aussi être inclus sous forme de sulfates, d’oxydes, etc.

Le type de sel peut modifier le degré d’assimilation par l’animal. Lorsque du zinc est associé à une molécule organique (ex : gluconate de zinc), l’absorption intestinale est alors plus importante que lorsqu’il s’agit d’une forme minérale pure (ex : oxyde de zinc).
 

Deux principales catégories de minéraux
 

Les minéraux sont des nutriments essentiels à l’organisme mais ils n’apportent pas d’énergie.

  • les macro-éléments représentent quelques grammes pour 100 g d’aliment et on les déclare en pourcentage ; calcium, phosphore, potassium, sodium et magnésium en font partie.
  • Fer, zinc, manganèse, cuivre, iode, sélénium (…) sont présents en plus petites quantités (quelques mg par kilo d’aliment) ; on les appelle des oligo-éléments et ils sont souvent déclarés en parties par million (ppm).

Il existe d’autres oligo-éléments dont le caractère indispensable dans l’alimentation n’est pas encore reconnu : fluor, molybdène, chrome, nickel, cobalt… Dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas nécessaire d’en ajouter dans les aliments pour chiens et chats.


Les minéraux sont ajoutés aux matières premières
 

La recette (ou formule) d’un aliment pour chien ou chat tient compte de la composition des ingrédients utilisés. Par exemple, les viandes apportent beaucoup de phosphore mais pas assez de calcium pour la bonne santé du squelette. Il faut donc ajouter des sels de calcium pour obtenir l’équilibre optimal en fonction de l’âge et de la taille de l’animal.

La quantité de minéraux ajoutée varie en fonction des objectifs nutritionnels : on peut par exemple enrichir un aliment en zinc pour obtenir un effet positif sur la peau et le pelage, limiter le magnésium pour diminuer le risque de calculs urinaires chez les chats. Pour protéger les reins d’un animal âgé, on tend à diminuer le taux de phosphore, etc.
 

Attention aux supplémentations hasardeuses
 

Les minéraux fonctionnent ensemble et la composition de l’aliment doit toujours être prise en compte : par exemple, l’absorption du zinc peut être perturbée par un excès de calcium ou de fibres.

 

Un aliment complet ne réclame aucune supplémentation particulière. L’ajout de minéraux est non seulement inutile mais peut gravement affecter la santé des animaux. En matière de nutrition, l’excès est aussi préjudiciable que la carence.