chien > Urgences et premiers secours

Que faire si mon animal s’intoxique ?

Téléphonez à votre vétérinaire

Si votre animal a avalé un produit suspect ou présente des signes d’intoxication, n’attendez pas. Si vous le pouvez, indiquez au vétérinaire le nom complet du produit, la quantité absorbée et le moment de l’accident. (Si votre vétérinaire ne peut être joint, appelez le centre antipoison de Nantes : 02 40 68 77 40 ; ou de Lyon : 04 78 87 10 40).

Emmenez ensuite l’animal à la clinique le plus rapidement possible en emportant le produit toxique s’il est identifié, avec son emballage. Méfiez-vous des réactions de votre animal s’il présente des convulsions ou une douleur aiguë.

Si vous ne savez pas ce qu’il a avalé et que l’animal vomit, essayez de recueillir ce qu’il expulse dans un sac propre. Cela pourra peut-être servir à identifier le toxique…
 

Ne cherchez pas à faire vomir sauf…

… si votre vétérinaire estime que le risque vital est tel qu’il ne faut pas attendre. Seulement dans ce cas, en suivant ses conseils, vous pourrez alors faire avaler à votre chien une substance vomitive (comme par exemple de l’eau oxygénée en solution à 3 %).

-          Ne lui donnez pas de lait à boire : il favorise l'absorption des toxiques solubles dans les graisses et peut aggraver l’intoxication.

-          Ne faites jamais vomir un animal qui a ingéré un produit caustique (acide, soude, eau de Javel, essence...). Les vomissements pourraient entraîner des lésions irréversibles. 
 

En cas de contact cutané avec un produit toxique

Pour éviter que le toxique soit absorbé par la peau ou que l’animal se lèche, mettez des gants en caoutchouc et lavez-le rapidement à l'eau et au savon. Ne frottez pas trop pour ne pas favoriser le passage du produit à travers la peau. N’utilisez jamais de white-spirit ou d’essence. Rincez abondamment et recommencez autant de fois que nécessaire.
 

Dans les centres vétérinaires antipoison, plus d’un appel sur deux met en cause les pesticides. Les médicaments viennent en seconde place : ils représentent en moyenne le quart des causes d’intoxication.